Congo: Suspense et Frayeur: Quelle est la “merde” qui pue moins?

Plus que quelques heures avant que les résultats définitifs de l’élection présidentielle au Congo-Kinshasa ne soient livrés au public. Tous les Congolais, vivant au pays ou à l’etranger, attendent impatiemment le verdict des urnes. Le suspense est presque invivable. Il nous est annoncé que Kinshasa est dans une paralysie. Personne n’ose pointer son nez dehors, de peur d’etre ramasser par les forces de l’etat pretes a remballer tout celui qui recourerait à la violence. Nous ne savons pas confirmer ou infirmer ces informations. Toujours est-il que la population attend ces résultats avec beaucoup de frayeur. Et si c’est Kabila qui gagne? Et si plutot Tshisekedi gagnait? Peu importe le cas, le Congolais est en droit de craindre le pire.

Réflechissons sur le scénario selon lequel Kabila gagnait. De toute evidence, ce sera une pillule amère que beaucoup des Congolais qui ont voté pour l’opposition auront du mal à avaler. Il s’agit de près du deux tiers de la  population de Kinshasa, presque la majorité du peuple du Bas-Congo, de deux Kasai, mais également une grande foule en Equateur. L’UDPS nous promet qu’il n’accepterai pas un tel résultat, car selon leur leader, le peuple Congolais a deja choisi son président en la personne de “Ya Tshitsi”. On devine que le mot d’ordre de Tshisekedi serait de se revolter contre le pouvoir de Kabila et de rendre le pays ingouvernable. Un tel mot d’ordre aurait des consequences très facheuses pour tout le Congo mais pour toute la région de l’Afrique Centrale car il est clair que cette région ne peut se permettre de revivre les heures de violence ou de guerre qui ont secoué le Congo dans le passé.

Les autres candidats ne l’opposition, ayant deja demandé l’annulation des résulats, n’accepteront pas ce scénario et chacun, on imagine, demandera à ses militants de résister contre le pouvoir de Kabila. Sur le plan international, ca sera aussi le desordre le plus complet. On apprend deja que les Congolais vivant en Europe et en Afrique du Sud se sont deja soulevés contre les ambassades du Congo, accusées d’etre de meche avec Kabila. Mais aussi, la communauté internationale sera dans un embarras assez malheureux. Car, quoiqu’elle a salué le sens civique du Congolais qui a bravé la pluie, la poussiere, la faim, et la distance pour aller voter, elle a aussi enregistré que les élections se sont déroulées dans une atmosphere de violence, de fraude, et de corruption. Il faut etre malade ou aveugle pour affirmer que ces élections au Congo ont été libres, démocratiques, et souveraines. La fraude a été si généralisée qu’il a été impossible de la cacher. L’exemple des bulletins de vote en circulation avant le jour-J en dit trop.  Le plus malheureux a été peut etre la volonté déliberée du pouvoir en place de faire taire l’opposition. La RTNC, organe public, qui en principe devait etre au service de tous les partis, s’est distingué par son parti-pris et son favoritisme. La commission électorale “indépendante” a brillé par sa dépendance à l’egars d’un seul candidat. La police Congolaise a naturellement obei aux ordres du candidat au pouvoir.  Bréf, La Communauté internationale devra faire l’aveugle pour ne pas dénoncer ces choses et ne pas déclarer que les résultats de ces élections sont en partie faux.

Comme on le sait, cette communauté internationale ne se permettra pas une telle déclaration pour des raisons stratégiques. Pour elle, vaut mieux avoir au pouvoir un Kabila élu frauduleusement qu’avoir un Tshisekedi, élément hautement imprévisible, au pouvoir au Congo. Sur le plan d’interets géo-stratégiques, Kabila est plus intérressant à avoir comme interlocuteur qu’un Tshisekedi qui ne jure que par “la volonté et l’intéret du peuple”. Comme on le sait, les puissances occidentales favorisent d’abord des candidats malléables. Tshisekedi semble etre un fer que peu des capitales du monde pourraient manipuler à volonté (cela reste encore à vérifier dans la pratique). En d’autres termes, peu importe le dégré des fraudes de ces élections, l’occident sera prét à valider les résultats si c’est Kabila qui gagne. D’ici quelques heures, si  Kabila gagnait, vous comprendrez que nous voulons dire pa là.

Le pire à craindre dans ce premier scénario, c’est une possible reprise de la guerre civile ou une possible secession d’une ou de plusieurs provinces. Cela semble etre un scénarion fou, je le sais. Mais tout celui qui a pris du temps pour étudier l’histoire du Congo (non pas celle que la Belgique nous a racontée), comprendrait que ce scénario n’est pas aussi fou qu’il le semble. Donnons alors le temps au temps et esperons que le Congolais ne recourira pas à ces formes de violence.

Il est aussi difficile d’imaginer que le parti au pouvoir gardera, malgré la victoire de Kabila, la majorité au parlement. Une telle perte de majorité entrainera aussi  des situations assez désagréables. Imaginez Kabila à la présidence et un partisan de Tshisekedi ou Kamerhe à la primature: le Congo deviendra le theatre d’un conflict journalier ou seul le peuple va empatir.

Et si c’est Tshisekedi qui gagnait? Ici encore, le pire est toujours à craindre. Le plus grand problème que l’élection de Tshisekedi causera se manifestera àl’Est du pays. Il est à craindre que les groupes ethniques de l’Est qui soutiennent Kabila puissent aussi recourir à la violence pour garder leur “homme” au pouvoir. Tshisekedi a déjà promis qu’une fois élu, il s’employera à chasser tous les Rwandais du Congo. Compte tenu du niveau d’infiltration de ces “Rwandais” dans les structures sociales, économiques, et politiques de l’Est du pays, l’élection de Tshisekedi reveillera bien des démons qui sommeillent à l’Est du Congo. Personnellement, je ne vois pas comment Tshisekedi réussira à garder la  “paix” (ou un semblant de paix comme on le vit actuellement) dans cette partie du pays.

Une autre région, qui sombrera dans la confusion si Tshisekedi gagnait, sera le Katanga.  Il est à redouter que le semblant de cohésion, qui existe entre katangais et kasaiens vivant au Katanga actuellement, puisse éclater et laisser place à un conflit qui fera trembler meme La Zambie et la Tanzanie.

Compte tenu de ces réalités, je ne pense pas que la communauté internationale permettra que Kabila soit battu. Ne vous-y trompez pas: c’est la communauté internationale qui aura le dernier mot (comme dans le cas de la Cote d’Ivoire)! On le sait, c’est le candidat de la communauté internationale qui remporte TOUJOURS les élections dans les pays pauvres. Cette communauté internationale ne vous donne pas des millions pour organiser des élections, simplement pour vos beaux yeux. Elle a des interets qu’elle cherche à protèger en facilitant l’élection de leur pion. Garde à vous si vous osez vous mettre sur le chemin de cette communauté. Vous risquez de vous retrouver à la Haye, dans une cellule voisine de celle de Jean-Pierre Bemba.

Que dire de tout ceci? On dirait que le Congo est dans la ‘merde’, peu importe qui gagnera demain. Entre deux ‘merdes’, il faut surement choisir celle qui sent la moins mauvais. Mais c’est laquelle qui pue moins? A vous d’en juger!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s