Category Archives: Uncategorized

Who Killed the two UN Experts, Michael Sharp and Zaida Catalán? The Devil Hides in the Details …

On Monday, 24 April 2017, the Congolese government presented journalists with a horrific video showing the execution of two UN experts killed in Kasai in March as they investigated the recent killings and massacres of the population. Michael Sharp of American nationality, Zaida Catalán of Swedish-Chilean nationality and their Congolese interpreter Betu Tshintela were kidnapped on March 12 in Kasai. Their bodies were found two weeks later.

In presenting this video to Kinshasa journalists and some international press correspondents, Congolese government spokesman Lambert Mende said the perpetrators were “terrorists” who use the Kamuina Nsapu label.

The images in the video are very disturbing indeed. They show how the American was the first to be executed followed by Zaida Catalan. Due to the appalling nature of these images, the international community has criticized the Congolese government’s decision to broadcast the video.

For the UN spokesperson, Stéphane Dujarric, “The video is proof of crime. We do not think it should have been published. We do not think it should have been shown…One can only imagine how traumatic it is for the families of the victims. ”

Despite these criticisms, the Congolese government by the mouth of its spokesman Lambert Mende declared:

“The video about the two UN investigators shows very well their killing by Kamwina Nsapu. There are even words, we hear, those who translated what was said in Tshiluba, all that … and we see them very well at work, it is very visible … We are not categorical [ That it is the Kamina Nsapu, ed.], We are not judges. We have images that show Kamwina Nsapu doing that. If they are not Kamwina, the judge will say so. But we have shown what is needed to stop talking about the police and the army. Those who accuse the armed forces also have no elements. So we wanted to show what is the nature of this violence that the people of Kasaï undergo today. It is terrorist violence. It is not a violence of social demand. Besides, we do not see why we have to negotiate with terrorists. Why only the Congo is called upon to negotiate with terrorists. We must repress them. That is our duty. ”

The broadcast of this video and the comments of Lambert Mende raise several questions to which we will try to answer.

The most important question is who really killed the two UN investigators. Are we to believe in the version of the Congolese government that points its finger at the Kamwina Nsapu group? Is the video so obvious that it incriminates the Kamwina Nsapu group?

Surely, it would be irresponsible for anyone to believe what Lambert Mende declared simply because the video reveals details that cast doubt on the government version. As Jean-Claude Katende, the President of the African Association for the Defense of Human Rights (Asadho) in Kinshasa, said: “It is based on the fact that the people we saw around the experts wore a red ribbon around their heads. This ribbon can be put on anyone. The independent judiciary cannot not take this distinctive element into account in order to reach the conclusion that it was the militiamen of Kamuina Nsapu who assassinated the two experts.

The Kamwina Nsapu group is not the only one wearing a red ribbon in Kasai. Why then was Lambert Mende so quick to accuse this group?

THE COURAGE TO SAY LOUD AND CLEAR WHAT ALL THE WORLD KNOWS ALREADY

For us, the reason is clear. The murder of the two UN investigators is a conspiracy to discredit the Kamwina Nsapu group and justify the excessive use of force against them.

In any investigation of a crime, the question that the investigator asks is simple. Who benefits from the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán? Does the Kamwina Nsapu group benefit from this crime? Not at all ! These two UN experts had come to Kasai to investigate the atrocities of which members of Kamwina Nsapu are victims. There was no good reason for the members of Kamwina Nsapu to kill the UN envoys.

The truth is elsewhere: the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán benefits the Congolese government. To date, all the evidence on the atrocities in Kasai clearly demonstrates the involvement of the Congolese government, which excessively uses the force of arms to silence a group of the population claiming its rights. Several videos show how government policemen and soldiers are massacring a defenseless population. They massacre everything in their path, men, women and even children.

Those who killed Michael Sharp and Zaida Catalán did not want the whole world to know the extent of the disaster in Kasai. Interestingly, the killing of these two experts supports very well the cause of the Congolese government which can now afford to repress what it calls a group of “terrorists.” But, one must really be ignorant of the culture of Kasai to swallow the version of the government without any questioning.

The overwhelming evidence of the conspiracy is not in the wearing of the red ribbon but rather in the use of the language. In the video, we hear the killers speak not only Tshiluba but also French and even Lingala. At the fateful moment when the killers shoot at the UN experts, their leader is heard shouting several times “SHOOT LISUSU. (Lisusu means again in Lingala). Anyone who knows the culture of the Kamwina Nsapu group will tell you that their main language is Tshiluba. In an intense moment such as the assassination of two UN experts, French and Lingala are languages ​​that the Kamwina Nsapu militiamen would have used last.

The use of language in the video suggests one thing: the killers certainly belong to the army or the Congolese police. Members of the army particularly use Lingala and French in their communications. This could explain why the government is in possession of this video and refuses to say how it was received.

Why would the Kamwina Nsapu militiamen film their crime and refuse to claim it? It is clear that this group has nothing to do with this macabre plot. The real criminals simply manipulated events and circumstances to make the crime appear to be executed by the militiamen of Kamwina Nsapu.

The Congolese government claims to carry out an investigation and the “judge” will give us the conclusions. Will the judge be independent and impartial in his or her judgment? Not at all. Will he / she have the courage to say loud and clear what everyone already knows? Absolutely not.

If the international community does not conduct an independent international investigation, the world will never know what really happened in the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán.

Some will accuse me of reaching hasty conclusions without having any evidence. For me, everything is proof in this story.

The possession of the video by the government is proof, the timing and nature of its broadcast is proof, every detail of the video is proof. If there is an independent international investigation, it will come to my conclusion: the Congolese government planned and executed the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán.

Advertisements

Qui a Tué les 2 Experts de l’ONU, Michael Sharp et Zaida Catalán? Le Diable se Cache dans les Détails…

Le lundi 24 avril 2017, le gouvernement congolais a présenté aux journalistes une vidéo horrible montrant l’exécution de deux experts de l’ONU, tués au Kasaï au mois de Mars alors qu’ils enquêtaient sur les récents tueries et massacres de la population. Michael Sharp de nationalité Américaine, Zaida Catalán de nationalité Suédo-chilienne ainsi que leur interprète Congolais Betu Tshintela ont été kidnappés le 12 Mars au Kasaï. Leurs corps seront retrouvés deux semaines après.

En présentant cette vidéo aux journalistes de Kinshasa et certains correspondants de la presse internationale, le porte-parole du gouvernement Congolais Lambert Mende a indiqué que les auteurs de ce crime étaient des «terroristes» qui utilisent le label Kamuina Nsapu.

Les images dans la vidéo sont très troublantes. Elles montrent comment l’Américain a été le premier à avoir été exécuté suivi de Zaida Catalan. A cause du caractère effroyable de ces images, la communauté internationale a sévèrement critiqué la décision du gouvernement Congolais de diffuser cette vidéo.

Pour le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, « La vidéo est une preuve du crime. Nous ne pensons pas qu’elle aurait dû être publiée. Nous ne pensons pas qu’elle aurait dû être montrée…On ne peut qu’imaginer combien cela est traumatisant pour les familles des victimes. »

Malgré ces critiques, le gouvernement Congolais par la bouche de son porte parole va déclarer :

« La vidéo concernant les deux enquêteurs des Nations unies montre très bien leur mise à mort par le Kamwina Nsapu. Il y a même des propos, on entend, ceux qui traduisaient ce qui se disait en tshiluba, tout ça… et on les voit très bien à l’oeuvre, c’est très visible… Nous ne sommes pas catégoriques [qu’il s’agit des Kamina Nsapu, ndlr], nous ne sommes pas juges. Nous, nous avons des images qui montrent des Kamwina Nsapu en train de faire cela. Si ce ne sont pas des Kamwina, le juge le dira. Mais nous avons montré ce qu’il y a pour que l’on cesse de parler de la police et de l’armée. Ceux qui accusent les forces armées aussi n’ont pas d’éléments. Donc nous avons voulu montrer quelle est la nature de cette violence que subissent les Kasaïens aujourd’hui. C’est une violence terroriste. Ce n’est pas une violence de revendication sociale. D’ailleurs, on ne voit pas pourquoi on doit négocier avec des terroristes. Pourquoi seul le Congo est appelé à négocier avec des terroristes. Nous devons les reprimer. C’est ça notre devoir. »

La diffusion de cette vidéo et les propos de Lambert Mende soulèvent plusieurs questions aux quelles nous essayeront d’y répondre.

La question la plus importante est celle de savoir qui a réellement tué les deux enquêteurs de l’ONU. Devons-nous croire à la version du gouvernement Congolais qui pointe du doigt le groupe Kamwina Nsapu ? Est-ce que la vidéo est si visible qu’elle incrimine le groupe Kamwina Nsapu ?

Il serait irresponsable de croire à ce que Lambert Mende dit car la vidéo révèle des détails qui jettent le doute sur la version du gouvernement. Comme Jean-Claude Katende, le President de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) à Kinshasa, l’a signifié “On se base sur le fait que les gens qu’on a vus tout autour des experts portaient un ruban rouge autour de la tête. Ce ruban, on peut le faire porter à n’importe qui. La justice indépendante ne pourrait pas tenir compte de ce simple élément distinctif pour arriver à la conclusion selon laquelle ce sont les miliciens de Kamuina Nsapu qui ont assassiné les deux experts.”

Le groupe Kamwina Nsapu n’est pas le seul qui porte un ruban rouge au Kasai. Pourquoi alors Lambert Mende s’est-il empressé d’accuser ce groupe?

LE COURAGE DE DIRE TOUT HAUT CE QUE TOUT LE MONDE SAIT DEJA

Pour nous, la raison est claire. Le meurtre des deux enquêteurs de l’ONU est un complot pour discréditer le groupe Kamwina Nsapu et justifier l’usage excessif de la force contre eux.

Dans toute enquête d’un crime, la question qu’on se pose est simple : a qui profite le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán ? Le groupe Kamwina Nsapu profite-t-il de ce crime ? Pas du tout ! Ces deux experts de l’ONU étaient venus au Kasaï pour enquêter sur les atrocités dont les membres de Kamwina Nsapu sont des victimes. Il n’y avait aucune raison valable pour les membres de Kamwina Nsapu de tuer les envoyés de l’ONU.

La vérité est bien claire : le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán profite au gouvernement Congolais. Jusqu’à présent, toutes les preuves qui circulent sur les atrocités au Kasaï démontrent clairement l’implication du gouvernement Congolais qui utilise excessivement la force des armes pour faire taire un groupe de la population qui revendique ses droits. Plusieurs vidéos montrent comment les policiers et soldats du gouvernement massacrent une population sans défense. Ils massacrent tout sur leur passage, hommes, femmes et même des enfants.

Ceux qui ont tué Michael Sharp et Zaida Catalán n’ont pas voulu que le monde entier sache l’ampleur du désastre au Kasaï. La mort de ces deux experts arrange très bien la cause du gouvernement Congolais qui peut ainsi se permettre maintenant de réprimer ce qu’il appelle un groupe de « terroristes. » Mais, il faut vraiment être ignorant de la culture du Kasaï pour avaler la version du gouvernement sans émettre des doutes.

La preuve accablante du complot n’est pas dans le port du ruban rouge mais plutôt dans l’usage de la langue. Dans la vidéo, on entend les tueurs parler non seulement le Tshiluba mais également le Français et même le Lingala. Au moment fatidique quand les tueurs tirent sur les experts de l’ONU, on entend leur chef crier plusieurs fois « TIRER LISUSU. » (lisusu veut dire encore en Lingala). Tous ceux qui connaissent la culture du groupe Kamwina Nsapu vous diront que leur langue principale est le Tshiluba. Dans un moment intense comme celui de l’assassinat de deux experts de l’ONU, le Français et le Lingala sont des langues que les miliciens de Kamwina Nsapu utiliseraient en dernier.

L’usage de la langue dans la vidéo révèle une chose : les tueurs appartiennent certainement à l’armée ou la police Congolaise. Les membres de l’armée particulièrement utilisent le Lingala et le Français dans leurs communications. Cela pourrait expliquer la raison pour laquelle le gouvernement est en possession de cette vidéo et refuse de dire comment elle a été réceptionnée.

Pourquoi est-ce que les miliciens de Kamwina Nsapu filmeraient leur crime et refuserait de le revendiquer ? C’est clair que ce groupe n’a rien avoir avec ce complot macabre. Les véritables criminels ont tout simplement manipulé les évènements et les circonstances pour que le crime paraisse comme étant exécuté par les miliciens de Kamwina Nsapu.

Le gouvernement Congolais affirme effectuer une enquête et le « juge » nous donnera les conclusions. Est-ce que ce juge sera indépendant(e) et impartial (le) dans son jugement ? Pas du tout. Aura-t-il/elle le courage de dire tout haut ce que tout le monde sait déjà ? Absolument pas.

Si la communauté internationale n’effectue pas une enquête internationale indépendante, le monde ne saura jamais ce qui s’est réellement passé dans le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán.

Certains m’accuseront d’arriver à des conclusions hâtives sans pour autant avoir des preuves. Pour moi, tout est preuve dans cette histoire.

La détention de la vidéo par le gouvernement est une preuve, le moment et la nature de sa diffusion est une preuve, chaque détail de la vidéo est une preuve. S’il y a une enquête internationale indépendante, elle arrivera à ma conclusion : le gouvernement Congolais a planifié et exécuté le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán.

AFTER SEVERAL DAYS, THESE YOUNG CONGOLESE ACTIVISTS ARE STILL MISSING: WHAT TO DO FOR THEIR LIBERATION?

More than two weeks ago, several activists from youth movements (Filimbi, Struggle for Change, Countdown and New Congolese elite) were abducted in Kinshasa in the middle of the day as they were demanding that President Kabila lucha-rdcstep down from power. Among these young people, there were Chris Shematsi, Carbon Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa and John Ngandu. A few days after their abduction, another young activist was also kidnapped. Her name is Gloria Sengha Panda Shala. This type of abduction has also taken place in other towns in the Congo, notably in Goma and Mbuji-Mayi. In almost all cases, the destination of the abductees remains unknown and the competent authorities remain silent on requests for explanations from the families. These families are totally helpless, not knowing where to go to receive information about their loved ones.

What will it take to get these young people released? In asking this question, we assume that they are still alive and detained in secret dungeons and prisons of the Kabila regime.

These young people first need the support of all social and religious groups in the Congo. In their homilies of Christmas, the Archbishop of Kinshasa and several other priests gave their support to these young activists, demanding their img-20161226-wa0006immediate release. For the Archbishop of Kinshasa, these young people “only claim their rights to live with a little more dignity.” All other major religious denominations must follow the example of the Catholic Church and educate their members and ask them to contact their MPs. Praying is not enough. We must act and alert all the representatives of the people.

The Congolese National Assembly must look into the fate of these young people. This case is so serious that the deputies should in principle convene the Minister of the Interior and Justice to ask them for explanations on the disappearance of these militants. Why is the place of their detention secret? When will they be released? Who will be responsible for any evil that has happened to these young people? These are questions that the representatives of the people must ask the government.

Until now, the government of Samy Badibanga remains deaf to the demands of the families. Government spokesman Lambert Mende said the release of these young activists is not within the jurisdiction of the government, and families should instead go to the police station at the place of arrest or complain to the court. In simpler terms, Lambert Mende is telling families that the Congo government does not give a damn and that they have to go and get help elsewhere.

President Kabila, of course, will not help the families, as it is possible that these young activists are detained in the presidential dungeons. That is why we believe it is important for the Congolese opposition to seize this matter and put pressure on the Kabila regime so that these young militants can be freed. The opposition img-20161226-wa0001should not sign the political agreement with the Kabila regime before not only all political opponents but also these young activists are released. There should be no political “peace” without the release of Chris Shematsi, Carbon Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa, John Ngandu and Gloria Sengha Panda Shala.

The Congolese opposition must understand that demanding the return of Moise Katumbi is important. But this return does not mean anything if young Congolese are abducted and detained indefinitely in secret places. If this opposition signs the political agreement with the Kabila regime without obtaining the release of all the men and women detained unjustly, it will have failed in its mission.

The Congolese opposition and civil society must send a clear message to the government of Samy Badibanga and the security services. Never again will Congolese men and women be abducted and detained with impunity. Someone must answer for these criminal acts that are not the pride of a great nation like the Congo.

Finally, we believe that the international community must also put pressure on the Kabila regime so that Chris Shematsi, Carbon Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa, John Ngandu, Gloria Sengha Panda Shala and the other young detainees are released. The representatives of Monusco, the UN and the EU in Kinshasa must request explanations from the Prime Minister. By illegally detaining these young activists, the government flouts national and international laws of freedom and justice. It is therefore essential that the international community, through their representatives in Kinshasa, demonstrate their support for these young activists

After their release, the perpetrators of these kidnappings must give explanations to the people. It will be crucial for families to sue the services responsible for the kidnapping of their relatives. The culture of justice must settle in the Congo. The methods of the Nazi regime must have no place in Congo. State services cannot continue to crush individual freedoms with impunity. Things will change in Congo as soon as those responsible for illegal kidnappings and detentions are prosecuted and severely condemned for their criminal actions.

In the meantime, we join our voice with that of thousands of women and men who are demanding that these young Congolese militants be released immediately. This voice cries out of Kinshasa, Goma, Uvira, Mbuji-Mayi, Lubumbashi, Matadi, Boma, Johannesburg, Paris, Brussels, London, New York, Austin and elsewhere. It is time that the regime of Kabila and the government of Samy Badibanga listen to this voice and free our compatriots!

 

APRES PLUSIEURS JOURS, CES JEUNES MILITANTS CONGOLAIS SONT TOUJOURS DISPARUS: QUE FAIRE POUR LEUR LIBERATION?

Voilà plus de deux semaines que des jeunes des mouvements citoyens (Filimbi, la Lutte pour le changement (Lucha), Compte à rebours et Nouvelle élite lucha-rdccongolaise) ont été enlevés à Kinshasa au bon milieu de la journée alors qu’ils réclamaient le départ de Kabila du pouvoir. Parmi ces jeunes se trouvaient Chris Shematsi, Carbone Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa et John Ngandu. Quelques jours après cet enlèvement, un autre jeune militant sera aussi kidnappé. Il s’agit de Gloria Sengha Panda Shala. Ce genre d’enlèvement s’est par ailleurs effectué dans d’autres villes du Congo, notamment à Goma et en Mbuji-Mayi. Dans presque tous les cas, la destination des enlevés reste inconnue et les autorités compétentes restent muettes face aux demandes d’explication des familles. Ces familles sont totalement désemparées ne sachant pas où aller pour recevoir des informations concernant leurs proches.

Que faudra-t-il donc faire pour que ces jeunes soient libérés ? En posant cette question, nous supposons qu’ils sont toujours vivants et détenus dans des cachots et prisons secrets du régime Kabila.

Ces jeunes ont premièrement besoin d’un soutien de tous les groupes sociaux et religieux du Congo. Dans leurs homélies de Noël, l’archevêque de Kinshasa et plusieurs autres prêtres ont apporté leur soutien à ces jeunes disparus, exigeant leur libération immédiate. Pour l’archevêque de Kinshasa, ces jeunes “ne img-20161226-wa0006réclament que leurs droits de vivre un peu plus dignement”. Toutes les autres grandes dénominations religieuses doivent suivre l’exemple de l’Eglise Catholique et sensibiliser leurs membres et leur demander de contacter leurs députés. Prier seulement ne suffit pas. Il faut agir et alerter tous les représentants du peuple.

L’Assemblée Nationale Congolaise doit se pencher sur le sort de ces jeunes. Cette affaire est si sérieuse que les députés devraient en principe convoquer le Ministre de l’Intérieur et de la Justice pour leur demander des explications sur la disparition de ces militants. Pourquoi est-ce que le lieu de leur détention est secret ? A quand leur libération ? Qui sera responsable de tout mal qui serait arrivé à ces jeunes ? Voilà des questions que les représentants du peuple doivent poser au gouvernement.

Jusqu’à présent, le gouvernement de Samy Badibanga reste sourd aux demandes des familles. Le porte-parole du gouvernement Lambert Mende explique que la libération des ces jeunes militants ne relève pas de la compétence du img-20161226-wa0001gouvernement et les familles devraient plutôt s’adresser « au poste de police du lieu d’arrestation ou se plaindre auprès du tribunal ». En des termes plus simples, Lambert Mende est en train de dire aux familles que le gouvernement du Congo s’en fout et qu’elles n’ont qu’à aller chercher de l’aide ailleurs.

Le Président Kabila bien sûr n’apportera aucune aide aux familles car il est possible que ces jeunes militants soient détenus dans les cachots de la présidence. Voilà pourquoi nous croyons qu’il est important que l’opposition Congolaise se saisisse de cette affaire et fasse pression sur le régime Kabila pour que ces jeunes militants soient libérés. L’opposition ne devrait pas signer l’accord politique avec le régime Kabila avant la libération non seulement des opposants politiques mais aussi de ces jeunes militants. Il ne devrait pas y avoir une décrispation politique sans libération de Chris Shematsi, Carbone Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa, John Ngandu et Gloria Sengha Panda Shala.

L’opposition Congolaise doit comprendre que réclamer le retour de Moise Katumbi est important. Mais ce retour ne signifie rien si des jeunes Congolais sont enlevés et détenus indéfinitivement dans des endroits secrets. Si cette opposition signe l’accord politique avec le régime de Kabila sans obtenir la libération de tous les hommes et femmes détenus injustement, elle aura failli à sa mission.

L’opposition et la société civile Congolaises doivent envoyer un message clair au gouvernement de Samy Badibanga et aux services de sécurité. Plus jamais des hommes et femmes Congolais seront enlevés et détenus en toute impunité. Quelqu’un doit répondre de ces actes criminels qui ne font pas la fierté d’une grande nation comme le Congo.

Enfin, nous croyons que la communauté internationale doit aussi faire la pression sur le régime de Kabila pour que Chris Shematsi, Carbone Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa, John Ngandu, Gloria Sengha Panda Shala et les autres jeunes détenus soient libérés. Les représentants de la Monusco, de l’ONU et de l’UE à Kinshasa doivent réclamer des explications auprès du Premier Ministre. En détenant illégalement ces jeunes militants, le gouvernement bafoue les lois nationales et internationales de la liberté et de la justice. Il est donc essentiel que la communauté internationale, au travers de leurs représentants à Kinshasa, démontre leur soutien à ces jeunes militants.

Apres leur libération, il faudra que les responsables de ces enlèvements donnent des explications au peuple. Il sera crucial que les familles portent plaintes contre les services responsables du kidnapping de leurs proches. La culture de la justice doit s’installer au Congo. Les méthodes du régime Nazi ne doivent pas avoir de place au Congo. Les services de l’Etat ne peuvent pas continuer à écraser les libertés individuelles en toute impunité. Les choses changeront au Congo dès que les responsables des enlèvements et détentions illégaux sont poursuivis en justice et condamnés sévèrement pour leurs actions criminelles.

Entre temps, nous joignons notre voix à celle des milliers des femmes et hommes qui exigent que les jeunes militants Congolais soient libérés immédiatement. Cette voix crie de Kinshasa, de Goma, de Uvira, de Mbuji-Mayi, de Lubumbashi, de Matadi, de Boma, de Johannesburg, de Paris, de Bruxelles, de Londres, de New York, d’Austin et d’ailleurs. Il est grand temps que le régime de Kabila et le gouvernement de Samy Badibanga écoute cette voix et libère nos compatriotes !

19 DECEMBRE 2016 OU L’APOCALYPSE CONGOLAIS: CE QUE KABILA, MENDE ET KANYAMA ONT DU MAL A COMPRENDRE…

Le Congo vit un moment historique. Dans quelques heures, le mandat du Président Kabila arrivera à sa fin. La tension à Kinshasa est électrique. Des groupes d’opposants au pouvoir sont prêts à marcher et aller présenter à Kabila le fameux carton rouge. Les forces de l’ordre et de sécurité sont en alerte comme si le Congo allait être envahit par une armée étrangère. Pour éviter tout soulèvement populaire, les competitions sportives sont interdites jusqu’à nouvel ordre. Afin de faire taire toute protestation, des jeunes militants sont enlevés et détenus dans des endroits secrets (Gloria Senga Panda Shala serait la dernière victime des éléments armés qui ont enlevé Chris Shematsi, Carbone Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa, John Ngandu et tant d’autres combattants dekinshasa-police3 droit de l’homme). La présence militaire dans plusieurs villes du pays est telle qu’on se croirait en Irak ou en Syrie. Le Général Kanyama, chef de la Police, promet un massacre. Tout mouvement de protestation sera écrasé sans merci. Du coup, les ambassades étrangères sont terrorisées. Elles demandent à leurs ressortissants de quitter rapidement le pays. Dans les capitales étrangères, les Congolais de la diaspora ne jurent que par le départ de Kabila. A l’absence du concerné, des groupes de Congolais en colère s’apprêtent à aller déloger les ambassadeurs Congolais. Le raisonnement est simple : si le pouvoir de Kabila prend fin, le pouvoir des ses ambassadeurs doit aussi prendre fin. Pendant ce temps, au pays, des journalistes belges sont expulsés. Par souci de contrôler l’information, le gouvernement s’apprête à suspendre tout usage de l’internet, particulièrement les réseaux sociaux. Pour une durée indéterminée, le Congolais au pays ne pourra partager ni messages textuels ni vidéos par Facebook, Youtube ou Whatsup.

Tous ces évènements ne nous surprennent pas du tout. Le désir délibéré de Kabila de s’accrocher au pouvoir ne nous surprend pas du tout. Ce qui plutôt nous surprend le plus, c’est la naïveté et l’ignorance continuelles du gouvernant Congolais. Permettez-moi de m’expliquer.

Si la démocratie et la constitution étaient bel et bien respectées au Congo (comme cela s’est fait dans les autres grandes démocraties du monde), des élections auraient déjà été organisées et le vainqueur remplacerait Mr. Kabila en ce grand jour du 19 Décembre 2016.

Malheureusement, le Congo est un cas spécial. La Politique dans ce pays a tendance à toujours prendre des chemins les plus tordus. Elle surprend même les grands professeurs de sciences politiques. Comment expliquez-vous qu’à une certaine période, ce pays était dirigé par un président, 4 vice-présidents et un nombre rocambolesque des ministres et vice-ministres? Tout ceci révèle une chose. Pour les politiciens Congolais, les intérêts personnels viennent au devant des intérêts du peuple. On se partage le pouvoir comme si cela était un morceau de pain et le vainqueur est celui qui s’accapare du plus gros morceau.

Mais la plus grande faiblesse du dirigeant Congolais se trouve ailleurs. Le dirigeant Congolais ne sait pas tirer des leçons de l’histoire politique du Congo et du monde. Cette histoire nous apprend qu’aucun dirigeant ne peut rester éternellement au pouvoir. Ceci serait la première leçon que Nicolae Ceausescu, Siad Barre, Idi Amin Dada, Charles Taylor, General Soni Abacha, Laurent-Désiré Kabila ou Colonel Muammar Gaddafi donneraient au jeune Joseph Kabila si ce dernier leur demandait des conseils de gouvernance. Peu importe la richesse, le pouvoir et la puissance qu’un dirigeant amasse, un jour, il doit céder sa place à un autre. Peu importe les moyens qu’un dirigeant utilise pour pérenniser son pouvoir, il doit un jour inévitablement laisser sa place à un successeur.

Mr. Kabila devra partir un jour. Si cela n’arrive pas ce 19 Décembre 2016, cela arrivera certainement un jour. Mr. Mende et sa stratégie d’étouffer l’information ne pourront pas changer cela. Le Général Kanyama et sa stratégie de kinshasa-policekidnappages ne pourront pas empêcher que ce jour arrive. Kabila devra céder le pouvoir un jour.

La leçon la plus importante que l’histoire politique du monde nous apprend est que la grandeur d’un dirigeant se cache dans la manière dont il négocie la fin de son pouvoir. Nelson Mandela, par exemple, restera dans la mémoire africaine comme l’un des plus grands chefs d’états que le continent ait connu. Des actions importantes ont caractérisées sa vie entière. Mais, Nelson Mandela a plus démontré sa grandeur dans la manière dont il a cédé le pouvoir à son successeur. Ce grand homme avait pris congé du pouvoir au moment le plus indiqué.

Voici la leçon que le Président Kabila semble ne pas comprendre. Si cet homme avait organisé les élections en 2016 et en ce jour du 19 Décembre 2016, il avait cédé le pouvoir à un successeur, son nom serait à jamais gravé parmi les grands démocrates du monde. Malheureusement, Kabila a manqué le rendez-vous de l’histoire. Comme les évènements au pays l’indiquent, il a choisi plutôt de s’éterniser au pouvoir.

Si Joseph Kabila et sa clique le voulaient, ils auraient organisé les élections au Congo. La seule richesse de la famille Kabila permettrait d’organiser le scrutin présidentiel. Au lieu de canaliser la richesse du pays vers l’organisation des élections, le dirigeant Congolais s’est plutôt rempli ses propres poches. Le rapport du groupe Bloomberg est rempli des preuves. Pendant que le Congolais moyen continue de croupir dans la misère la plus effroyable, ses dirigeants s’enrichissent à une vitesse vertigineuse. Et on veut faire croire au peuple que le pays est si pauvre qu’on ne peut organiser les élections présidentielles qu’en 2018 !!! Plus humiliant encore, on nous dit qu’il nous faut recevoir l’aide de la Belgique, de la France, des USA, de l’ONU, de la FMI, de l’UE… pour que ces élections deviennent une réalité. Le gouvernant Congolais prend vraiment son peuple pour une bande d’idiots !!!

La vérité est claire : Kabila n’a jamais eu l’intention de quitter le pouvoir en 2016. La non-organisation des élections n’est qu’une belle excuse pour étendre son règne jusqu’à Dieu seul sait quand.

A cause de cela, l’histoire se rappellera de Kabila comme d’un tyran qui s’est accroché au pouvoir par des moyens injustes, frauduleux et ténébreux. Les générations à avenir enseigneront aux enfants que Joseph Kabila s’est tellement enivré du pouvoir et de la richesse du Congo qu’il s’est pris pour un dieu, un dieu qui s’est cru invincible et irremplaçable. Les livres d’histoire du Congo raconteront comment un seul homme, assoiffé du pouvoir, a pris en otage la destinée de tout un peuple.

L’histoire est têtue. Un jour, Mr. Kabila l’apprendra. Nul ne peut terroriser un peuple éternellement. Le règne de la terreur ne sauvera pas Kabila. Peu importe le nombre de jeunes que Kanyama et ses éléments vont continuer à enlever, lefacebook_1481775330359 Congo connaitra l’alternance politique. Peu importe la durée de la suspension de l’internet au Congo, le peuple Congolais se réveillera un jour et prendra sa destinée en main (Mr. Mende oublie que ce peuple a vaincu la colonisation belge et la dictature de Mobutu sans l’aide de Facebook, Youtube et Whatsup). Peu importe le nombre de journalistes étrangers que Mr. Mende va faire expulser, la vérité triomphera.

Le 19 Décembre 2016 arrive dans quelques heures. Le peuple attend voir ce que Joseph Kabila fera. Va-t-il saisir la dernière chance que lui offre l’histoire ? La chance d’être reconnu comme un grand démocrate. Qu’est-ce-que le General Kanyama fera ? Va-t-il tirer sur ses propres compatriotes (comme s’ils étaient des étrangers)? Peu importe ce qui arrivera en ce jour fatidique, le peuple Congolais sera vainqueur. De la même manière qu’Il a vaincu la dictature de Mobutu, c’est ainsi qu’il vaincra toute autre dictature qui s’élèvera dans ce beau pays.

Le peuple Congolais vaincra !

Libérez Nos Compatriotes : Les Jeunes Qui EFFRAYENT Kabila

Voilà plus de 24 heures qu’un groupe de jeunes militants Congolais ont été enlevés à Kinshasa par des éléments armés et emmenés vers un lieu inconnu. img-20161214-wa0002Parmi ces compatriotes, il y avait mon propre beau-frère, Chris Shematsi, un jeune avocat, enseignant à l’université, intellectuel brillant, passionné du droit de l’homme et de la justice. Les autres jeunes qui ont disparu : Carbone Mwena Congo, Samuel Bosasele Lissa et John Ngandu. A l’heure où j’écris ces mots, personne ne sait où ils sont et quel sort leur a été réservé. Quant à elle, la Police Congolaise refuse de reconnaître qu’elle a kidnappé et détenu ces jeunes gens. Pour nous, peu importe les noms et l’origine de ces kidnappeurs, la main qui est derrière cet acte anti-démocratique est reconnaissable. La machine de terreur du régime du Président Kabila a encore frappé !

Ces jeunes ont été enlevés devant le Centre Interdiocésain, le lieu où se déroule les réunions du dialogue politique inclusif facilité par la CENCO. Nos jeunes compatriotes étaient venus protester contre l’esprit et la lettre de ce dialogue, exigeant avant l’organisation de tout dialogue le départ sans condition du Président Kabila du pouvoir à la fin de son mandat, ce 19 Décembre 2016.

Dans les lignes qui suivent, je voudrais analyser brièvement et tirer deux conclusions sur l’enlèvement de ces jeunes militants.

La première chose que je constate est que le pouvoir de Kabila comprend la grande influence des groupes de jeunes militants et craint l’effet de leur action démocratique. Ces jeunes se sont regroupés au sein de plusieurs associations qui img-20161214-wa0003militent auprès de la masse. Leur revendication est simple et unique : le départ de Kabila du pouvoir. Les plus célèbres de ces groupes sont Compte à rebours, Lucha, Filimbi… Ces jeunes sont maintenant partout, dans les quatre coins du pays, agissant dans le secret, en public, rappelant à l’ordre ceux qui veulent éterniser le règne de l’injustice et de la pauvreté. Comme le pouvoir en place l’a réalisé, l’action de ces groupes est plus perturbatrice que celle de l’opposition Congolaise. A la différence des opposants politiques Congolais (la plus part d’entre eux ne sont que des politiciens opportunistes remplis d’ambitions égoïstes et alimentaires), ces jeunes sont indomptables et incorruptibles car ils ne combattent pas pour le besoin de leur ventre en recherchant des postes ministériels.

La deuxième conclusion qu’il faut tirer est que le gouvernement de Kabila n’a aucune intention d’organiser une transition apaisée du pouvoir. Au moment où tous les opposants du pouvoir demandent au Président Kabila de décrisper la tension politique en libérant tous les prisonniers politiques et en abandonnant les poursuites injustes contre les opposants (nous pensons ici à Moise Katumbi), il est inconcevable que ce même pouvoir continue de menacer, terroriser et détenir tous ceux qui s’opposent à Kabila. La police traque les opposants dans toutes les villes où le peuple se soulève. On apprend aussi par exemple que plusieurs autres jeunes militants ont été arrêtés et détenus à Goma et à Kindu à l’est du Congo. Le message est clair : Kabila n’a aucune intention de céder le pouvoir à la fin de son mandat. Si rien n’est fait, le Congo ira de dialogue en dialogue et avant qu’on ne le réalise, Kabila serait resté au pouvoir bien au-delà de son terme. Pendant tout ce temps, les opposants continueront à être arrêtés injustement et éliminés d’une manière où d’une autre.

Il est temps que le Congolais se réveille de son sommeil. Toute chose a une fin et le pouvoir de Kabila va connaître une fin brusque et malheureuse.

Nous voulons ici condamner avec la toute dernière énergie toutes les attaques du pouvoir Congolais à l’égard des opposants. Tout Congolais a le droit de se rassembler et d’exprimer librement ses idées, sans peur des représailles. Nous demandons au gouvernement Congolais de libérer immédiatement tous les jeunes qui ont été enlevés. Les autorités sont censées connaître le lieu de leur détention et ainsi, une enquête doit être ouverte afin de condamner en justice tous les acteurs de ce kidnapping odieux et cette détention arbitraire.

Aux membres de l’opposition Congolaise et à l’Eglise Catholique, nous leur facebook_1481775330359demandons de suspendre leur participation au dialogue inclusif et de ne retourner à la table de négociations que lorsque TOUS les opposants politiques en prison seront libérés. Pourquoi faudrait-il continuer à négocier avec un pouvoir qui parle de paix pendant le jour mais prépare des stratégies de guerre pendant la nuit ?

Avant tout dialogue, libérez nos compatriotes !

Est-ce que le Congo sera le prochain Burkina Faso? Lettre Ouverte au Président Joseph Kabila

photo-emeute-kinEst-ce que le Congo sera le prochain Burkina Faso? Lettre ouverte à Joseph Kabila, Président de la République Démocratique du Congo

Will Congo be the Next Burkina Faso? Open Letter to Joseph Kabila, President of Democratic Republic of Congo (The French text is followed by the English version)

Monsieur le Président,

Je viens par la présente vous exprimer ma profonde indignation à l’égard des évènements violents et sanglants qui ont causé des nombreux morts à Kinshasa ces deux derniers jours.

J’ose croire que, comme des millions de Congolais vivant au Congo et à l’étranger, vous avez pu voir ces nombreuses images et vidéos choquantes (circulant sur les medias internationaux et sociaux) montrant non seulement l’étendue des dégâts matériels mais aussi des corps des civils et policiers calcinés, des jeunes gens tués par balle, la répression féroce des forces de l’ordre et les arrestations injustifiées des plusieurs manifestants. Ces images ont révélé clairement la colère et le désarroi de la population qui est descendue dans la rue pour dénoncer massivement le report des élections présidentielles et exiger le respect total du calendrier électoral et de la constitution de notre grand et beau pays.

Monsieur le Président, ces hommes et femmes qui sont morts n’ont pas mérité ce triste sort. Le seul crime qu’ils ont commis est celui de croire aux droits du Congolais, à leur droit de se rassembler, d’exprimer librement leurs opinions et de manifester leur mécontentement sans aucune peur des représailles. Et que dire des ces policiers qui ont perdu la vie, lapidés ou brulés vifs par une population au désespoir ? Ces policiers sont morts injustement au service d’un pouvoir qui bafoue toutes les valeurs de la démocratie. Du fond de mon cœur, Je dénonce fortement toutes les formes de violence qui ont causé ces pertes humaines et je prie que les coupables soient traduits en justice.

L’histoire retiendra et se souviendra que vous et votre gouvernement êtes responsables du sang innocent versé ces derniers jours. En effet, cette destruction humaine n’aurait pas eu lieu si le calendrier électoral était respecté et si vous aviez clairement annoncé au peuple Congolais votre départ du pouvoir à la fin de votre deuxième mandat. Au contraire, votre gouvernement s’est distingué par un désir délibéré de reporter indéfinitivement les élections et de vous permettre de rester au pouvoir au delà du limite de votre mandat. Au lieu de calmer les inquiétudes de cette population en exprimant ouvertement votre détermination à respecter la constitution, vous avez préféré entretenir un silence, un silence qui ne suscite que des suspicions et engendre un climat perpétuel de violence. Les atrocités commises ces derniers jours et votre indifférence face à l’agonie de ces familles qui ont perdu leurs fils, filles, frères et sœurs nous font croire que vous avez réellement l’intention de vous maintenir indéfinitivement au pouvoir.

Monsieur le Président,

Vous avez encore la chance de changer le sort que l’histoire donnera à votre personne. Vous avez encore la chance de voir votre nom associé à ceux des autres présidents Africains—Abdoulaye Wade du Sénégal, Goodluck Jonathan du Nigeria ou Armando Guebuzza de la Mozambique— qui ont paisiblement quitté le pouvoir à la fin de leur mandat. Je vous exhorte Monsieur le Président à dissiper les doutes, à arrêter les suspicions et le climat de violence en déclarant ouvertement que vous respecterez la constitution et quitterez le pouvoir à la fin de ce deuxième mandat qui s’achève en Décembre 2016. Si vous le faites, les générations futures se rappelleront de vous comme d’un héros.

Si vous n’agissez pas ainsi Monsieur le Président, le peuple Congolais continuera à manifester sa colère et le cycle de violence risque de continuer. Il sera aussi clair qu’en Decembre 2016, les manifestations publiques seront plus massives et que le Congo vivra la meme situation que le Bourkina Faso a connu en Novembre 2014. Monsieur le Président, pensez-vous que cela vaut la peine que vous finissiez votre mandat comme Blaise Compaore ? Il est plus que temps que les dirigeants Congolais relisent l’histoire des nations du monde et de l’Afrique, méditent sur l’histoire du Congo en général et de la triste fin du feu Président Mobutu Sese Seko en particulier et qu’ils comprennent, je l’espère, que nul ne peut se moquer indéfinitivement d’un peuple affamé, torturé et opprimé.

Ce peuple que vous dirigez a marre des leaders qui utilisent le pouvoir pour l’enrichissement personnel pendant que la population continue de croupir dans la misère la plus effroyable. Ce peuple est fatigué de l’incapacité du gouvernement à arrêter les attaques à la machette à l’est du pays. Ce peuple ne veut plus d’un chef d’Etat qui demeure au pouvoir à vie. Ce peuple veut jouir des avantages qui découlent de l’alternance politique. Ce peuple veut le changement. Et ce changement doit commencer par le respect de la lettre et de l’esprit de la constitution. Monsieur le Président, je vous supplie d’être le premier président Congolais à avoir initier cet ère nouveau de changement en honorant votre serment. Vous établirez un modèle que les futurs présidents Congolais et Africains voudront suivre.

Monsieur le Président, l’annonce de votre départ du pouvoir aura plus d’effets que toutes les résolutions du dialogue national en cours, un dialogue national qui est boycotté par une partie de l’opposition. La suspension de la participation des évêques catholiques à ce dialogue est la preuve que cette rencontre politique, au lieu d’être un forum d’unité nationale, se révèle être une source des tensions et divisions car il ignore la volonté d’une grande partie de la population qui demande par dessus tout que des élections présidentielles soient organisées dans le plus bref délai.

Monsieur le Président, veuillez écouter la voix de ces évêques qui, voilà plusieurs mois, recommande à la classe politique en général et à vous en particulier de respecter la constitution nationale et d’éviter de vous accrocher au pouvoir au-delà de votre deuxième mandat.

Pour finir, je vous invite humblement Monsieur le Président à lire le roman « En Suivant le Sentier sous Les Palmiers » de Pius Ngandu Nkashama afin d’y découvrir un message d’avertissement. Ce roman raconte l’histoire d’un jeune garçon qui, après avoir assisté au massacre de sa famille, fuit la scène de l’atrocité et se retrouve dans un village contrôlé par un guérisseur traditionnel assoiffé de pouvoir. Déterminé à prendre le control total du village, ce guérisseur utilise ses pouvoirs spirituels afin de causer la terreur et la crainte auprès de tout ceux qui essayent de contrecarrer ses ambitions. A la fin du roman, le peuple du village, reconnaissant les œuvres maléfiques de leur guérisseur, s’élève contre lui, l’attaque et le tue.

Monsieur le Président, ne tombez pas dans les mêmes erreurs commises par ce guérisseur. La destinée du Congo est en grande partie entre vos mains. Vos actions aujourd’hui peuvent soit conduire ce pays à entrer dans une nouvelle saison de paix, d’unité et de prospérité ou plutôt condamner ce peuple à continuer à vivre dans la peur, la misère et la violence. A vous de choisir !

Daniel Kahozi, PhD

Compatriote Congolais

Will Congo be the Next Burkina Faso? Open Letter to Joseph Kabila, President of the Democratic Republic of Congo

Mr. President,

I write this letter to you to express my deep indignation at the violent and bloody events that have caused many deaths in Kinshasa over the last two days.

I trust that, like millions of Congolese living in Congo and abroad, you were able to see the many shocking images and videos (circulating on international and social media) showing not only the extent of physical damage but also the burned bodies of civilians and police officers, young people shot dead, the fierce repression of the police and the unjustified arrests of several protesters. These images clearly showed the anger and dismay of people who took to the streets to denounce massively the postponement of the presidential elections and demand full respect of both the electoral calendar and the constitution of our great country.

Mr. President, these men and women who died did not deserve this fate. The only crime they have committed is that of believing in the rights of the Congolese people, their right to assemble, to freely express their opinions and express their dissatisfaction without fear of reprisals. And what about these policemen who were killed, stoned or burned alive by a population in despair? These policemen died unjustly serving a government that flouts all the values of democracy. From the bottom of my heart, I strongly denounce all forms of violence that have caused these casualties and I pray that the perpetrators are brought to justice.

History will record and remember that you and your government are responsible for the innocent blood shed in recent days. Indeed, this human destruction would not have occurred if the election schedule was respected and if you had clearly announced to the Congolese people that you would leave power at the end of your second term. Instead, your government has distinguished itself by a deliberate desire to postpone indefinitely the elections and allow you to stay in power beyond the limits of your mandate. Instead of calming the concerns of this population by openly expressing your determination to respect the constitution, you’ve chosen to maintain silence; a silence that arouses suspicions and generates a perpetual climate of violence. The atrocities committed in recent days and your indifference to the agony of the families who lost their sons, daughters, brothers and sisters make us believe that you actually intend to stay indefinitely in power.

Mr. President,

You still have the chance to change the fate that history will assign to your person. You still have the chance to see your name associated with those of other African presidents — Abdoulaye Wade from Senegal, Goodluck Jonathan from Nigeria or Armando Guebuzza from Mozambique — who peacefully left office at the end of their mandate. I urge you Mr. President to dispel all doubts and suspicions and to stop the climate of violence by declaring openly that you will respect the constitution and leave power at the end of this second term ending in December 2016. If you do so, future generations will remember you as a hero.

If you do not do so, Mr. President, the Congolese people will continue to express his anger and the cycle of violence is likely to continue. It will also be clear that in December 2016, public demonstrations will be more massive and that Congo will go through the same situation as Bourkina Faso has experienced in November 2014. Mr. President, do you think it is worth finishing your term like Blaise Compaore did? It is time for Congo leaders to read again the history of world and African nations, meditate on the history of Congo in general and the sad demise of the late President Mobutu Sese Seko in particular and understand, I hope, that we can not indefinitely take advantage of a hungry, tortured and oppressed people.

The people that you lead are fed up with leaders who use power for personal enrichment while the population continues to languish in the most abject poverty. The people are tired of the government’s inability to stop the machete attacks in eastern Congo. The people no longer want leaders who remain in power for life. This people want to enjoy the benefits of political change. The people want change. And this change must begin with the respect for the letter and the spirit of the constitution. Mr. President, I beg you to be the first Congolese president to initiate this new era of change by honoring your oath. You will establish a model that future Congolese and African presidents will want to follow.

Mr President, the announcement of your stepping down from power will have more effect than all the resolutions of the ongoing national dialogue, a dialogue that is boycotted by part of the opposition. The suspension of the participation of Catholic bishops in this dialogue is proof that this political meeting, instead of being a forum of national unity, proves to be a source of tensions and divisions because it ignores the will of a large part of the population who above all demand that presidential elections be held in the shortest possible time. Mr. President, please listen to the voice of these bishops who, for several months now, have been recommending that the political class in general and you in particular respect the national constitution and avoid clinging to power beyond your second term.

Finally, I humbly invite you to read Pius Ngandu Nkashama’s novel “En Suivant le Sentier Sous Les Palmiers” and discover the warning message that this text sends. This novel tells the story of a young boy who, having witnessed the massacre of his family, flees the scene of the atrocity and ends up in a village controlled by a traditional healer who is hungry for power. Determined to take total control of the village, the healer uses his spiritual powers to cause terror and fear to all those who try to thwart his ambitions. At the end of the novel, the people of the village, recognizing the evil works of the traditional healer, rise against him, attack and kill him.

Mr. President, do not fall into the same mistakes that this healer has made. The destiny of the Congo is largely in your hands. Your actions today can either lead this country to enter a new season of peace, unity and prosperity or rather condemn these people to continue to live in fear, poverty and violence. The choice is yours!

Daniel Kahozi, PhD

Fellow Congolese