Tag Archives: Zaida Catalan

Who Killed the two UN Experts, Michael Sharp and Zaida Catalán? The Devil Hides in the Details …

On Monday, 24 April 2017, the Congolese government presented journalists with a horrific video showing the execution of two UN experts killed in Kasai in March as they investigated the recent killings and massacres of the population. Michael Sharp of American nationality, Zaida Catalán of Swedish-Chilean nationality and their Congolese interpreter Betu Tshintela were kidnapped on March 12 in Kasai. Their bodies were found two weeks later.

In presenting this video to Kinshasa journalists and some international press correspondents, Congolese government spokesman Lambert Mende said the perpetrators were “terrorists” who use the Kamuina Nsapu label.

The images in the video are very disturbing indeed. They show how the American was the first to be executed followed by Zaida Catalan. Due to the appalling nature of these images, the international community has criticized the Congolese government’s decision to broadcast the video.

For the UN spokesperson, Stéphane Dujarric, “The video is proof of crime. We do not think it should have been published. We do not think it should have been shown…One can only imagine how traumatic it is for the families of the victims. ”

Despite these criticisms, the Congolese government by the mouth of its spokesman Lambert Mende declared:

“The video about the two UN investigators shows very well their killing by Kamwina Nsapu. There are even words, we hear, those who translated what was said in Tshiluba, all that … and we see them very well at work, it is very visible … We are not categorical [ That it is the Kamina Nsapu, ed.], We are not judges. We have images that show Kamwina Nsapu doing that. If they are not Kamwina, the judge will say so. But we have shown what is needed to stop talking about the police and the army. Those who accuse the armed forces also have no elements. So we wanted to show what is the nature of this violence that the people of Kasaï undergo today. It is terrorist violence. It is not a violence of social demand. Besides, we do not see why we have to negotiate with terrorists. Why only the Congo is called upon to negotiate with terrorists. We must repress them. That is our duty. ”

The broadcast of this video and the comments of Lambert Mende raise several questions to which we will try to answer.

The most important question is who really killed the two UN investigators. Are we to believe in the version of the Congolese government that points its finger at the Kamwina Nsapu group? Is the video so obvious that it incriminates the Kamwina Nsapu group?

Surely, it would be irresponsible for anyone to believe what Lambert Mende declared simply because the video reveals details that cast doubt on the government version. As Jean-Claude Katende, the President of the African Association for the Defense of Human Rights (Asadho) in Kinshasa, said: “It is based on the fact that the people we saw around the experts wore a red ribbon around their heads. This ribbon can be put on anyone. The independent judiciary cannot not take this distinctive element into account in order to reach the conclusion that it was the militiamen of Kamuina Nsapu who assassinated the two experts.

The Kamwina Nsapu group is not the only one wearing a red ribbon in Kasai. Why then was Lambert Mende so quick to accuse this group?

THE COURAGE TO SAY LOUD AND CLEAR WHAT ALL THE WORLD KNOWS ALREADY

For us, the reason is clear. The murder of the two UN investigators is a conspiracy to discredit the Kamwina Nsapu group and justify the excessive use of force against them.

In any investigation of a crime, the question that the investigator asks is simple. Who benefits from the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán? Does the Kamwina Nsapu group benefit from this crime? Not at all ! These two UN experts had come to Kasai to investigate the atrocities of which members of Kamwina Nsapu are victims. There was no good reason for the members of Kamwina Nsapu to kill the UN envoys.

The truth is elsewhere: the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán benefits the Congolese government. To date, all the evidence on the atrocities in Kasai clearly demonstrates the involvement of the Congolese government, which excessively uses the force of arms to silence a group of the population claiming its rights. Several videos show how government policemen and soldiers are massacring a defenseless population. They massacre everything in their path, men, women and even children.

Those who killed Michael Sharp and Zaida Catalán did not want the whole world to know the extent of the disaster in Kasai. Interestingly, the killing of these two experts supports very well the cause of the Congolese government which can now afford to repress what it calls a group of “terrorists.” But, one must really be ignorant of the culture of Kasai to swallow the version of the government without any questioning.

The overwhelming evidence of the conspiracy is not in the wearing of the red ribbon but rather in the use of the language. In the video, we hear the killers speak not only Tshiluba but also French and even Lingala. At the fateful moment when the killers shoot at the UN experts, their leader is heard shouting several times “SHOOT LISUSU. (Lisusu means again in Lingala). Anyone who knows the culture of the Kamwina Nsapu group will tell you that their main language is Tshiluba. In an intense moment such as the assassination of two UN experts, French and Lingala are languages ​​that the Kamwina Nsapu militiamen would have used last.

The use of language in the video suggests one thing: the killers certainly belong to the army or the Congolese police. Members of the army particularly use Lingala and French in their communications. This could explain why the government is in possession of this video and refuses to say how it was received.

Why would the Kamwina Nsapu militiamen film their crime and refuse to claim it? It is clear that this group has nothing to do with this macabre plot. The real criminals simply manipulated events and circumstances to make the crime appear to be executed by the militiamen of Kamwina Nsapu.

The Congolese government claims to carry out an investigation and the “judge” will give us the conclusions. Will the judge be independent and impartial in his or her judgment? Not at all. Will he / she have the courage to say loud and clear what everyone already knows? Absolutely not.

If the international community does not conduct an independent international investigation, the world will never know what really happened in the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán.

Some will accuse me of reaching hasty conclusions without having any evidence. For me, everything is proof in this story.

The possession of the video by the government is proof, the timing and nature of its broadcast is proof, every detail of the video is proof. If there is an independent international investigation, it will come to my conclusion: the Congolese government planned and executed the murder of Michael Sharp and Zaida Catalán.

Qui a Tué les 2 Experts de l’ONU, Michael Sharp et Zaida Catalán? Le Diable se Cache dans les Détails…

Le lundi 24 avril 2017, le gouvernement congolais a présenté aux journalistes une vidéo horrible montrant l’exécution de deux experts de l’ONU, tués au Kasaï au mois de Mars alors qu’ils enquêtaient sur les récents tueries et massacres de la population. Michael Sharp de nationalité Américaine, Zaida Catalán de nationalité Suédo-chilienne ainsi que leur interprète Congolais Betu Tshintela ont été kidnappés le 12 Mars au Kasaï. Leurs corps seront retrouvés deux semaines après.

En présentant cette vidéo aux journalistes de Kinshasa et certains correspondants de la presse internationale, le porte-parole du gouvernement Congolais Lambert Mende a indiqué que les auteurs de ce crime étaient des «terroristes» qui utilisent le label Kamuina Nsapu.

Les images dans la vidéo sont très troublantes. Elles montrent comment l’Américain a été le premier à avoir été exécuté suivi de Zaida Catalan. A cause du caractère effroyable de ces images, la communauté internationale a sévèrement critiqué la décision du gouvernement Congolais de diffuser cette vidéo.

Pour le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric, « La vidéo est une preuve du crime. Nous ne pensons pas qu’elle aurait dû être publiée. Nous ne pensons pas qu’elle aurait dû être montrée…On ne peut qu’imaginer combien cela est traumatisant pour les familles des victimes. »

Malgré ces critiques, le gouvernement Congolais par la bouche de son porte parole va déclarer :

« La vidéo concernant les deux enquêteurs des Nations unies montre très bien leur mise à mort par le Kamwina Nsapu. Il y a même des propos, on entend, ceux qui traduisaient ce qui se disait en tshiluba, tout ça… et on les voit très bien à l’oeuvre, c’est très visible… Nous ne sommes pas catégoriques [qu’il s’agit des Kamina Nsapu, ndlr], nous ne sommes pas juges. Nous, nous avons des images qui montrent des Kamwina Nsapu en train de faire cela. Si ce ne sont pas des Kamwina, le juge le dira. Mais nous avons montré ce qu’il y a pour que l’on cesse de parler de la police et de l’armée. Ceux qui accusent les forces armées aussi n’ont pas d’éléments. Donc nous avons voulu montrer quelle est la nature de cette violence que subissent les Kasaïens aujourd’hui. C’est une violence terroriste. Ce n’est pas une violence de revendication sociale. D’ailleurs, on ne voit pas pourquoi on doit négocier avec des terroristes. Pourquoi seul le Congo est appelé à négocier avec des terroristes. Nous devons les reprimer. C’est ça notre devoir. »

La diffusion de cette vidéo et les propos de Lambert Mende soulèvent plusieurs questions aux quelles nous essayeront d’y répondre.

La question la plus importante est celle de savoir qui a réellement tué les deux enquêteurs de l’ONU. Devons-nous croire à la version du gouvernement Congolais qui pointe du doigt le groupe Kamwina Nsapu ? Est-ce que la vidéo est si visible qu’elle incrimine le groupe Kamwina Nsapu ?

Il serait irresponsable de croire à ce que Lambert Mende dit car la vidéo révèle des détails qui jettent le doute sur la version du gouvernement. Comme Jean-Claude Katende, le President de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) à Kinshasa, l’a signifié “On se base sur le fait que les gens qu’on a vus tout autour des experts portaient un ruban rouge autour de la tête. Ce ruban, on peut le faire porter à n’importe qui. La justice indépendante ne pourrait pas tenir compte de ce simple élément distinctif pour arriver à la conclusion selon laquelle ce sont les miliciens de Kamuina Nsapu qui ont assassiné les deux experts.”

Le groupe Kamwina Nsapu n’est pas le seul qui porte un ruban rouge au Kasai. Pourquoi alors Lambert Mende s’est-il empressé d’accuser ce groupe?

LE COURAGE DE DIRE TOUT HAUT CE QUE TOUT LE MONDE SAIT DEJA

Pour nous, la raison est claire. Le meurtre des deux enquêteurs de l’ONU est un complot pour discréditer le groupe Kamwina Nsapu et justifier l’usage excessif de la force contre eux.

Dans toute enquête d’un crime, la question qu’on se pose est simple : a qui profite le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán ? Le groupe Kamwina Nsapu profite-t-il de ce crime ? Pas du tout ! Ces deux experts de l’ONU étaient venus au Kasaï pour enquêter sur les atrocités dont les membres de Kamwina Nsapu sont des victimes. Il n’y avait aucune raison valable pour les membres de Kamwina Nsapu de tuer les envoyés de l’ONU.

La vérité est bien claire : le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán profite au gouvernement Congolais. Jusqu’à présent, toutes les preuves qui circulent sur les atrocités au Kasaï démontrent clairement l’implication du gouvernement Congolais qui utilise excessivement la force des armes pour faire taire un groupe de la population qui revendique ses droits. Plusieurs vidéos montrent comment les policiers et soldats du gouvernement massacrent une population sans défense. Ils massacrent tout sur leur passage, hommes, femmes et même des enfants.

Ceux qui ont tué Michael Sharp et Zaida Catalán n’ont pas voulu que le monde entier sache l’ampleur du désastre au Kasaï. La mort de ces deux experts arrange très bien la cause du gouvernement Congolais qui peut ainsi se permettre maintenant de réprimer ce qu’il appelle un groupe de « terroristes. » Mais, il faut vraiment être ignorant de la culture du Kasaï pour avaler la version du gouvernement sans émettre des doutes.

La preuve accablante du complot n’est pas dans le port du ruban rouge mais plutôt dans l’usage de la langue. Dans la vidéo, on entend les tueurs parler non seulement le Tshiluba mais également le Français et même le Lingala. Au moment fatidique quand les tueurs tirent sur les experts de l’ONU, on entend leur chef crier plusieurs fois « TIRER LISUSU. » (lisusu veut dire encore en Lingala). Tous ceux qui connaissent la culture du groupe Kamwina Nsapu vous diront que leur langue principale est le Tshiluba. Dans un moment intense comme celui de l’assassinat de deux experts de l’ONU, le Français et le Lingala sont des langues que les miliciens de Kamwina Nsapu utiliseraient en dernier.

L’usage de la langue dans la vidéo révèle une chose : les tueurs appartiennent certainement à l’armée ou la police Congolaise. Les membres de l’armée particulièrement utilisent le Lingala et le Français dans leurs communications. Cela pourrait expliquer la raison pour laquelle le gouvernement est en possession de cette vidéo et refuse de dire comment elle a été réceptionnée.

Pourquoi est-ce que les miliciens de Kamwina Nsapu filmeraient leur crime et refuserait de le revendiquer ? C’est clair que ce groupe n’a rien avoir avec ce complot macabre. Les véritables criminels ont tout simplement manipulé les évènements et les circonstances pour que le crime paraisse comme étant exécuté par les miliciens de Kamwina Nsapu.

Le gouvernement Congolais affirme effectuer une enquête et le « juge » nous donnera les conclusions. Est-ce que ce juge sera indépendant(e) et impartial (le) dans son jugement ? Pas du tout. Aura-t-il/elle le courage de dire tout haut ce que tout le monde sait déjà ? Absolument pas.

Si la communauté internationale n’effectue pas une enquête internationale indépendante, le monde ne saura jamais ce qui s’est réellement passé dans le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán.

Certains m’accuseront d’arriver à des conclusions hâtives sans pour autant avoir des preuves. Pour moi, tout est preuve dans cette histoire.

La détention de la vidéo par le gouvernement est une preuve, le moment et la nature de sa diffusion est une preuve, chaque détail de la vidéo est une preuve. S’il y a une enquête internationale indépendante, elle arrivera à ma conclusion : le gouvernement Congolais a planifié et exécuté le meurtre de Michael Sharp et Zaida Catalán.